Pourquoi faire appel à vos souvenirs autobiographiques ?

J’arrive d’un bon matin à une formation et puis je constate à ma grande surprise qu’on m’accueille avec une dégustation de bonbons. Mais par n’importe lesquels, il s’agit de bonbons de mon enfance. D’ailleurs je me souviens très bien des scènes dans lesquelles mes grands-parents me les offraient avec un grand sourire, les fois où on allait les visiter avec mes parents.

Très bien, mais quel est le rapport avec la formation que je vais suivre ? C’est vrai nous ne sommes plus des enfants, on a passé l’âge. Et puis, pourquoi nous offrir ces bonbons sans doute difficiles à trouver, plutôt que les bonbons à la mode que s’ingurgitent nos enfants ?

Tout simplement parce que le fait de faire appel aux souvenirs autobiographiques (qui renvoie à nos expériences personnelles vécues), en l’occurrence « agréables » (les bonbons et des scènes avec nos grands-parents) suscite généralement, une émotion positive. C’est ce que révèle cette étude neuroscientifique :

  • Dans l’étude menée par Matsunaga L et al, 2011, les auteurs ont cherché à étudier les réactions physiologiques et psychologiques qui accompagnent l’activation de la mémoire autobiographique.

 

Pour cela, les auteurs de l’étude ont recruté des volontaires de sexe masculin et féminin et leur ont demandé de sentir une odeur qui pour eux leur était nostalgique.

 

Les résultats de l’étude ont indiqué que les souvenirs autobiographiques liés à une émotion positive (une odeur agréable) déclenchaient chez les participants (masculin et féminin) des états d’humeur positifs, tels que le confort et le bonheur ainsi que la diminution des états d’humeur négatifs comme l’anxiété. En outre, la fréquence cardiaque a diminuée tout comme le  niveau d’interleukine 2 (liée à l’anxiété).

Ces résultats suggèrent que lorsque nous sollicitons des souvenirs autobiographiques agréables, cela suscite généralement une émotion positive qui se traduit par des réactions psychologiques et physiologiques. Ces émotions positives ne sont qu’en fait que la résurgence des états d’humeur que nous avions ressentis par le passé.

D’autre part, une autre étude a mis en évidence que ces émotions positives liées à la remémoration des expériences passées sont inconsciemment transférées à l’évènement qui va suivre. Le climat affectif va par conséquent diminuer l’approche « systémique » que nous avons d’une situation en général. Ainsi, bercé par ce climat affectif nous avons davantage de chance d’apprécier l’événement qui va suivre. C’est ce que propose Fredrikson BL dans la théorie de l’élargissement constructif des émotions positives.

  • La théorie de Fredrickson BL (2001, 1998) postule que les cinq émotions positives que sont la joie, l’intérêt, la satisfaction, la fierté et l’amour, bien que distinctes, partagent le fait d’ouvrir momentanément le répertoire des actions et de la pensée de l’individu, et ce, de façon à construire ses ressources personnelles ; que ce soit physiquement, psychologiquement ou physiologiquement. A titre d’exemple, l’intérêt encourage l’individu à explorer, à rechercher de nouvelles informations, de nouvelles expériences et à s’impliquer personnellement dans le courant de l’activité.

Conclusion 

La mémoire autobiographique permet de nous souvenir des évènements vécus avec le contexte (date, lieu et état émotionnel). Chaque souvenir stocké dans la mémoire autobiographique est donc associé à des émotions. Par conséquent en faisant appel à un souvenir « agréable » au travers de gestes ou de produits (en l’occurrence des bonbons), les émotions positives qui y sont associées émergent elles aussi générant alors un élargissement constructif. Ainsi, en distribuant les bonbons de notre enfance cela nous rend heureux et prêt à vivre de nouvelles expériences.

Tags: ,

Leave a Comment

*